vendredi 12 octobre 2012

Tessa Worley : "le ski passe avant les paillettes"

Bouh la lumière rose du Pavillon Gabriel ! © P. Leroy

L'ouverture de la Coupe du monde 2012-2013 de ski alpin se fera à Solden, en Autriche, avec un géant dames le 27 octobre et un géant hommes le lendemain.

J'ai interviewé Tessa Worley, chef de file de la délégation tricolore sélectionnée pour l'occasion, lundi, lors de la traditionnelle journée presse de la FFS à Paris.


La pluie tombant férocement à l'extérieur, le pavillon Gabriel est plein à craquer. Il y fait plutôt chaud, les journalistes sont impatients d'enchaîner leurs interviews… Tessa Worley est en retard. Elle est rentrée 3 jours avant de l'hémisphère Sud, avec un trajet qui s'est éternisé suite à de gros problèmes d'avions. Ce matin dans la capitale, elle a été sollicitée par ses sponsors. Pressée par les attachées de presse, elle arrive avec une petite boîte Chanel dans la main… Mais cette folie ne semble pas perturber sa zen attitude.

Un confrère de presse télé tente de savoir si, comme elle est jolie, elle a déjà été tentée par le cinéma ou si elle pourrait se reconvertir dans les médias un jour. Tessa reste focalisée sur ses ambitions sportives.
« Je ne pense pas aux paillettes. Le ski passe avant. C'est vrai qu'en tenue de ski, on n'est pas mis à notre avantage ! Alors on essaie de féminiser un peu ça, on fait quelques photos… Et puis je poursuis des études de biologie, côté santé. Mais je ne réfléchis pas vraiment à mon après-carrière. Je suis jeune. Prendre les courses les unes après les autres reste mon objectif principal. »
site de Tessa : www.tessaworley.net
Justement, reparlons ski… La préparation estivale semble avoir été constructive.
« Nous avons effectué nos deux stages à Ushuaïa dans de super conditions. C'était long et intense, mais la neige était bonne. Cela nous a permis de travailler la nouvelle réglementation sur les skis de géants, désormais plus longs (ndlr : 188 cm au lieu de 180 cm) : il fallait adapter notre technique… »

Dans le but de s'aligner sur plusieurs disciplines aux Mondiaux de Schladming, en Autriche, en février 2013, Tessa a aussi poursuivi son "initiation" à la vitesse. Elle y a consacré un stage au Chili. 
« J'ai disputé quelques super G l'an dernier, l'idée est de maintenir cela cette saison, même de faire un peu de descente. La vitesse m'offre un bol d'air. Elle ne demande pas le même état d'esprit, et ne procure pas les mêmes sensations que la technique. Une descente paraît très impressionnante en haut, mais on se dit souvent en bas que "c'était faisable". Il faut donc simplement oser pour aller vite. Sans être "casse-cou", ça requiert un engagement particulier que j'aime. »  

Si Tessa parle de bol d'air, c'est que le rythme d'entraînement estival avec le groupe technique n'a pas changé depuis quelques années.
« Ça fait 7 ou 8 fois que je vais en Argentine. Il y a trois ans, on a décidé d'y séjourner en deux fois sur l'été. Mais cela n'était une petite modification. C'est sûr que la routine devient un peu lassante… »

Dans 16 mois, ce sera Sotchi. Des Jeux olympiques en ligne de mire, ça ne serait pas l'occasion d'une révolution ? Pas sûr, répond Tessa.
« On trouve dans ces stages estivaux en Argentine des conditions qui nous conviennent et un certain confort. Faudra-t-il l'été prochain prendre le risque de changer pour trouver moins bien ? Entre la sécurité et le risque, difficile de savoir où est la bonne méthode de préparation ! »

Très fan de sport, Tessa a essayé de suivre les JO de Londres depuis l'Argentine, malgré le décalage horaire. Jusqu'à en tirer des leçons pour elle ?
« Honnêtement, on fait des sports trop différents pour que je puisse m'identifier. Mais, évidemment, cela m'a donné envie d'avoir le même état d'esprit, celui qui consiste à viser l'or ! Sotchi, j'y pense depuis la fin de Vancouver (ndlr : elle a fini 16e du géant). Ce seront mes deuxièmes Jeux olympiques. » 
site de Tessa : www.tessaworley.net

En attendant, à plus court terme, il y a donc les Mondiaux de Schaldming en 2013.  Un lieu magique pour tous les skieurs alpins. Tessa y a couru la finale de Coupe du monde 2011-2012 et a apprécié.
« C'est notre Mecque. L'Autriche, c'est le pays du ski alpin. Là-bas, notre sport prend une autre dimension. La ferveur des supporters est telle qu'on en ressent la vibration sur les pistes…»

Rappel
Tessa Worley vient d'avoir 23 ans. 1,58 m et 60 kilos. 
Station : Grand-Bornand. Elle est sergent dans l'armée.
2 victoires en Coupe du monde de géant l'an dernier. A fini 3e du classement général de la discipline. Et 11e du classement mondial.
A été médaillée de monde en géant aux Mondiaux en 2011.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire