mardi 4 septembre 2012

La déception d'Arnaud Assoumani

Arnaud Assoumani a remporté hier sa 2e médaille d'argent aux Paralympiques de Londres. C'était au saut en longueur, sa spécialité, après celle du triple saut.
Mais l'athlète, qui fête ses 27 ans aujourd'hui, le vit comme un gros échec. Il rêvait de l'or et se dit très triste aujourd'hui…
Je vous conseille de lire ce texte qu'il vient de publier sur son facebook. Arnaud évoque le niveau d'exigence auquel il s'était élevé, l'ampleur du sacrifice qu'implique sa vie de champion, le rôle de ses proches et l'importance qu'il donnait aux résultats… C'est très fort.  


"Tout d'abord merci à tous pour vos messages, ça me touche beaucoup et ça me fait énormément plaisir!

Je suis très déçu du concours d'hier et de ma médaille d'argent, je le vis comme un échec. 

Je comprends que vous vous disiez "mais c'est une médaille d'argent aux Jeux Paralympiques, ce n'est pas rien!" Oui c'est exacte, seulement pour moi cette deuxième place ne récompense pas le travail, les sacrifices, les progrès et le niveau que j'ai eu pendant ces 4 dernières années. Je dominais le saut en longueur mondiale handisport de la tête et des épaules.
Oui cette année j'ai été blessé assez gravement. Je n'ai pas pu me battre pour la qualification olympique, c'était déjà très dur à encaisser. Je me suis donc battu tous les jours pour bien me soigner et pour revenir à mon meilleur niveau et avant de partir pour Londres, j'effectuais de très bonnes séances de sauts, bien au delà de ce que j'ai réalisé hier.
Hier, j'ai tout donné, et je n'ai jamais autant lutté de ma vie pour faire 7m10, la tête et le "pied" étaient là mais pas les jambes! C'était très frustrant car j'étais comme impuissant face à mon corps.

Alors lors de mon dernier essai, quand je comprends que je n'ai pas pu gagner ses 3 cm, je hurle de rage et d'impuissance, car les Jeux étaient presque chez nous. Lorsque je regardais le public, je voyais ces visages familiers: ma mère, mon père, ma soeur, des cousins et cousines, des amis, mon tuteur de sciences po, des supporters, pratiquement tous les gens qui me soutiennent depuis ces 4 dernières années. C'était encore plus déchirant, j'ai rarement été aussi triste, j'ai énormément pleuré, cette nuit encore (pourtant ce n'est que du sport). 

Je voulais leur dire par cette victoire "vous voyez quand je vous dis, je ne peux pas vous voir car je me repose, ou parce que je m'entraine, tous ces sacrifices que je vous ai aussi fait subir" c'est pour ces moments là"! Mais je n'ai pas gagné.

Il n'y a pas de justice dans le sport, ça je le savais déjà, seulement j'ai pu encore le constater hier. J'ai vécu cette défaite comme une sanction. C'est un moment incroyablement douloureux. J'avais honte, je me sentais humilié. La déception et la douleur que j'ai au fond de moi sera toujours présente, elle s'estompera juste avec le temps.

Je veux donc oublier ce concours, seulement je ne veux pas oublier ce jour. 
Pas oublier tous les personnes qui m'aiment et qui étaient présentes hier pour moi. Je n'ai jamais ressenti autant d'amour autour de moi. J'avais besoin d'eux.

J'ai reçu des centaines et des centaines de messages, c'est incroyable. Des messages très touchant, beaucoup m'ont refait pleuré. Je ne vous remercierais donc jamais assez pour toutes vos attentions. Je vais tenté de répondre à tout le monde, ça prendra juste un peu de temps.

Malgré la tristesse de cette journée, j'ai beaucoup appris.
Je me suis rendu compte de toute la fierté que mes proches, mes partenaires et mes supporters avaient pour moi. En réalité il n'y a que moi qui suis triste.

Hier en allant chercher de la glace, j'ai discuté avec "Tonia" qui travaille au sous sol de notre bâtiment, dans un bureau, qui ne voit pas la lumière du jours et pas une seconde non plus des Jeux. D'origine Australienne, elle vit maintenant en Sardaigne. On parle du plaisir de vivre dans un endroit où l'on se sent bien, etc... et qu'elle est venu à Londres juste pour travailler car chez elle il n'y a pas de travail. 
Je me suis dit, j'en ai de la chance de pouvoir faire ce que j'aime et en vivre, même si certains moments sont extrêmement difficile!
Je lui ai parlé un peu des raisons pourquoi ça n'allait pas, et puis de mon année, les blessures, l'agression... en lui disant que demain c'était mon anniversaire. 
Elle m'a demandé quel âge j'allais avoir?
Je lui ai répondu 27 ans! Elle m'a dit "haaah" avec un grand sourire "it's the end of a circle" (c'est la fin d'un cycle). Elle m'a dit en numérologie le cycle des "9" en numérologie, que la 27 ème années marquait la fin de ce cycle et en gros la fin des emmerdes! lol

Tout cela pour dire que maintenant tout ce qui vient ne sera plus que du positif après avoir vécu "la loi de murphy" cette année.

Par rapport à la défaite d'hier, je vais mettre un peu de temps à le digérer mais je vais rebondir, car je ne suis pas du genre défaitiste.

Les Jeux ne sont pas terminés et ma plus belle récompense, notre plus belle récompense serait qu'on aille chercher une médaille sur le relais 4x100m demain soir avec les amis! 

Puis il me reste encore le 100m jeudi.

Je donnerais toute l'énergie qui me reste pour terminer ces Jeux la tête haute, même les regrets seront éternels."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire