mardi 24 juillet 2012

docu télé : la face cachée d'Usain Bolt


Jeudi, en prime-time, France 2 diffusera "Usain Bolt, l'homme le plus rapide du monde", un documentaire de 1h25 réalisé par Gaël Leiblang, journaliste français. Le DVD sortira vendredi. Visionnage, en avant-première.  


Usain Bolt a 25 ans. Sa Jamaïque est un décor de rêve, une terre ensoleillée qui sent la noix de coco et les épices, et où résonne le reggae. A Kingston, il mène une vie dorée dans une résidence chic. Amis, barbecues, parties de dominos, jeux vidéo… il s'amuse. En Europe, il enchaîne les meetings surpayés, logé dans des hôtels de luxe, dans des pays où les médias et les sponsors le vénèrent. En course, il garde cette facilité déconcertante, ses mimiques, sa provoc, ses titres, ses records… S'y ajoute aussi un indéniable charisme. Sa posture, son sourire éclatant et sa décontraction séduisent. 

En s'arrêtant à ces aspects-là du champion, Gaël Leiblang n'aurait fait qu'enfoncer des portes ouvertes… Heureusement, son documentaire nous emmène découvrir l'intimité du personnage. Pendant 7 mois, le reporter a filmé, en coulisses, une face plus sombre. Celle des accidents de parcours, comme le faux départ au 100 m des Mondiaux de Daegu en 2011. Mais celle, surtout, de l'entraînement, des efforts, de la lutte contre le renoncement. La sueur, le vomi, la douleur. "Beaucoup de gens qui me voient courir se disent que c'est facile, naturel. Mais avant d'en arriver là, c'est dur, c'est du boulot, témoigne Bolt. Ce sont des jours et des jours de sacrifices, de souffrance. A certains moments, tu as envie de tout laisser tomber, de rentrer chez toi. Certains matins, tu ne veux pas aller sur la piste. Mais tu n'as pas le choix."

"C'est compliqué de mener une vie de superstar, dit son entraîneur Glenn Mills. Toutes les superstars connaissent ce dilemme. Trouver un juste milieu entre toute cette excitation, cet empressement autour de sa personne et le travail à fournir pour rester un athlète de haut niveau". C'est selon moi la grande force du reportage. On comprend que chaque moment de la vie de Bolt présente ce défi : être un jeune homme normal et être un énorme champion. Il faut allier le sérieux et l'humour, l'attachement à la famille et les voyages incessants, la fête et la religion, les excès et l'hygiène de vie, le protocole et le dilettantisme, l'ambition personnelle et l'esprit d'équipe… Mais si Bolt est une pépite, c'est parce qu'il maîtrise parfaitement ces alliages.


Billet du journaliste sur la manière dont il a obtenu le droit de réaliser son docu : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire