samedi 28 janvier 2012

Natation synchro : interview du duo français Sara Labrousse et Chloé Willhelm


Hier, à l'open Make up for ever de Montreuil (93), elles ont obtenu une médaille d'argent en duo libre… Mais ce samedi matin, Sara Labrousse et Chloé Willhelm ne concourent pas. Avant d'aller soutenir leurs copines, qui disputent l'épreuve technique en équipe, les duettistes se font tranquillement masser par les kinés. Interview à l'infirmerie.

© P. Leroy
Tout d'abord, votre sentiment sur l'épreuve d'hier…
On est contentes : on a réalisé une belle performance, en nageant bien, devant notre public. On n'a pas si souvent l'occasion d'avoir une telle ambiance pour nous. Même si on est concentrées sur la musique, et si on n'entend pas les encouragements quand on a la tête sous l'eau, ce soutien, ça compte beaucoup !

Les qualifications olympiques ont lieu en avril. Qu'est-ce qui vous attend d'ici là ?
On a eu 2 compétitions préparatoires en Allemagne et ici. Mais il n'y en a pas d'autres d'ici avril. On participera sans doute à des galas et on aura du temps pour travailler notre duo technique. On fera aussi des modifications sur le duo libre : ce que nous diront les juges nous permettra des ajustements.

Vous rencontrez souvent les juges ? C'est du lobbying à chaque compétition ?
En fait, nos entraîneurs les rencontrent, pour savoir ce qui a plu ou déplu dans le programme. En natation synchronisée, il y a une hiérarchie bien établie. Les juges connaissent le classement mondial. Pour bousculer tout cela, il faut travailler dur, se montrer de plus en plus fortes et surprendre à chaque compétition… pour que ça paye aux grands rendez-vous.

Quel objectif avez-vous pour les JO de Londres  ?
D'abord se qualifier ! Puis être dans les 12 finalistes… et dans l'idéal, finir dans les 8 premiers.

Votre sport est très exigeant physiquement et techniquement… Sur quoi porte votre entraînement ?
A sec, il y a la danse, la musculation, des acrobaties au sol ou sur trampoline, de l'aérobic, du rameur… En piscine, on fait de la natation course, en particulier pour affiner l'appui des mains dans l'eau. Ensuite on enchaîne les ballets, on fait du travail technique, de la chorégraphie, de l'impro… Plus la saison avance et plus on passe de temps dans le bassin, pour un entraînement de plus en plus précis.

© P. Leroy
Pour être synchro dans l'eau, il faut être très amies en dehors ?
Pas forcément. C'est évidemment plus agréable de nager avec quelqu'un avec qui on s'entend bien ! Mais l'important dans notre sport, c'est de sentir l'énergie de l'autre… C'est très technique, ce n'est pas sentimental. Certains duos ne s'aiment pas. Il faut juste nager beaucoup ensemble pour avoir le même rythme. 

Et vous ?
On est ensemble depuis 2 ans et ça se passe très bien. On progresse : on est bien meilleures que l'an dernier !

Vous vous définiriez comment ?
Bosseuses, motivées et… joyeuses !




Rappel

• Mondiaux 2011 : 9es en duo libre, 8es en duo technique et 8es par équipe.



© FFN
• Sara Labrousse, née le 15 avril 1988.
Club : Hyères Natation synchronisée. 
Etudiante en masters d'océanographie et milieu marin.


© FFN
• Chloé Willhelm, née le 8 juillet 1989.
Club : Les Dauphins de Firminy.
Etudiante en 2e année de kinésithérapie.








1 commentaire:

  1. BRAVO les filles ! Ce que vous avez fait est superbe. Nous sommes fiers de vous, non seulement vous êtes des championnes mais vous faites aussi des Etudes supérieures, vous êtes courageuses, vous avez la tête sur les épaules, une tête bien pleine !
    Vous êtes le modèle de beaucoup de petites nageuses synchro. vous vivez des moments exceptionnels... Vous allez vivre les J0, ce n'est pas donné à tout le monde ! Ce sera merveilleux ! Je sais que vous allez travailler à fond pour vous préparer à ce grand évènement, faites le aussi pour votre plaisir. Restez comme vous êtes, simples et gentilles. affectueusement - MADO

    RépondreSupprimer