lundi 3 janvier 2011

MERCATO : Kalea Designs, chasseuse de têtes…

Mercato, c'est une rubrique qui explore le sport côté marques, sponsoring, business… Aujourd'hui, on parle de Kalea Designs. Une boîte montée par une nana, du ski, des bonnes idées, de la couleur : tout ce que j'aime ! 

Florine de Leymarie, 29 ans, est une ancienne slalomeuse de l'équipe de France. Passionnée de dessin depuis l'enfance, inséparable de son carnet de croquis en compétition, elle décorait ses propres casques, pour se différencier des autres dans les épreuves de Coupe du monde. «De fil en aiguille, des skieurs m'ont demandé si je pouvais peindre leur casque. Une fois ma carrière finie, j'ai décidé de créer ma petite entreprise», me raconte-t-elle. C'est Kalea Designs. 

Aujourd'hui, la renommée de Florine est forte : elle customise les casques de nombreux skieurs et skieuses de haut-niveau. Elle apporte sa patte aux demandes. «Je fais du sur-mesure. Certains skieurs arrivent avec une idée très précise de ce qu'ils veulent et d'autres me disent "je veux ça et ça, après je te fais confiance". Parfois, je leur demande de regarder sur Internet si certains casques leur parlent. Quand le choix est arrêté, je fais à ma manière, j'y ajoute ma touche perso et mon style.» 

Un travail minutieux, qui prend du temps! 
«Je fais d'abord une esquisse. Quand c'est nécessaire, je visualise le casque fini sur l'ordi. Pour peindre, j'utilise un aérographe et des pochoirs que je fabrique ou alors je travaille à main levée. Un casque subit de nombreuses manipulations : il est poncé, peint et verni… Je peux y passer 10 à 20 heures!»

Pour décorer un casque, Florine doit gérer plusieurs contraintes. Par exemple, la sécurité. «Je n'utilise que des produits qui ne dénaturent pas la base du casque, précise-t-elle. Ce sont pour l'essentiel des peintures à l'eau ou alors de temps en temps des peintures solventées.» Par ailleurs, la forme du casque est particulière… Mais, en plus, il ne faut pas oublier l'espace réservé aux sponsors et la partie où passe l'élastique du masque. Florine doit «composer autour de tout ça.»

Mais le plus important à prendre en compte reste la personnalité du coureur. «Je ne pense pas à ce que les spectateurs vont voir. Ce qui compte c'est que le skieur aime ce qu'il porte, affirme Florine. Il ne voit pas son casque quand il court, mais c'est une protection indispensable, celle qu'il ne quitte jamais! Donc il faut qu'elle le représente. Certains se trouvent au travers de leur casque, ils montrent ce qu'ils sont.»

2 exemples cette saison

Le casque Dexter de Gauthier de Tessières. C'était son idée, il est fan de la série. C'est la nouvelle version, celui de la saison dernière lui ayant été volé. «Il sort des sentiers battus, raconte Florine. On n'a pas l'habitude de voir ça, des giclées de sang sur un casque!» Le skieur a aussi demandé un caricature de lui.

Autre exemple, le casque doré à pin up de Julien Lizeroux. «Pour ses premiers casques, il n'avait aucune idée. J'en ai trouvé une, il a donné son feu vert et depuis, la pin up ne le quitte plus !, rigole Florine. Cette année, je lui ai suggéré de changer de "design" mais en gardant la pin up. Quand il a eu son casque argenté, il a fait ses 2 médailles d'argent aux Mondiaux de Val d'Isère 2009, donc cette année on s'est dit que l'or appellerait l'or! En tout cas, je l'espère!» 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire