lundi 24 janvier 2011

le joker "mode furtif" en voile

La Barcelona World Race, tour du monde à la voile, sans escale, se déroule en ce moment. Depuis son départ le 31 décembre, j'avais envie de parler de cette course, car elle a la particularité de se disputer en duo, ce qui me fascine… Finalement, je vais en dire un petit mot ce soir pour une autre raison…  


Je viens de découvrir un détail du réglement des courses de voile qui m'était inconnu. Il s'agit du joker "mode furtif". Il est apparu à la fin 2009. 
Il permet aux marins de disparaître des écrans radars et des pointages officiels pendant une durée donnée, différente selon les courses. Leur position, connue de la direction de course pour une évidente question de sécurité, est cachée à leurs adversaires. Les skippers peuvent ainsi dissimuler, à des moments-clés, leurs choix de trajectoire, leurs options météo… Le nombre de jokers étant limité, même unique sur certaines régates, c'est toute une stratégie de les utiliser au bon moment ! L'invisibilité, et donc l'intox, ajoutent du piment à la course.





Dans la BWR, ce mode "ghost" peut être utilisé 36 heures, 4 fois dans la course. 
Michel Desjoyeaux et François Gabart l'ont demandé hier pour Foncia. En pleine lutte avec Virbac-Paprec 3 de Jean-Pierre Dick et Loïc Peyron dans l'Atlantique Sud, ils sont à l'approche des 40es… Ils réapparaîtront au pointage de mardi matin 5h. 
Voici ce qu'ils en disent :  «En fait, c'est plutôt drôle, ce mode furtif, de quelque côté que l'on soit. Quand c'est l'autre qui se cache, on essaye d'imaginer où il va pendant qu'on fait ce qu'on veut. Et quand c'est nous, on imagine qu'il imagine ce qu'on fait, en imaginant que ça peut être différent de ce qu'on pense. En clair, on ne sait pas et on verra bien!»

© Michel Desjoyeaux, www.teamfoncia.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire