mercredi 8 décembre 2010

Reportage : quand la lutte fait son cirque

Mardi soir, l'équipe de France de lutte recevait l'équipe de Turquie pour un test-match au Cirque d'Hiver, à Paris. A moins d'un an des Championnats du monde à Istanbul, qualificatifs pour les JO de 2012, cette rencontre amicale avait un goût de préparation de luxe pour les deux nations! Elle se déroulait en 11 matchs et a été remportée par la France 6-5. 
C'était l'occasion pour moi de découvrir ce sport olympique, qui a été surtout médiatisé par les médailles des frères Guénot à Pékin en 2008, et qui m'était complètement inconnu. Tribunes pleines, supporters en furie, pompomgirls, chauffeur de salle et quelques "peoples" dans la salle (l'ex cycliste Florian Rousseau, le boxeur Brahim Asloum, entre autres)… J'ai savouré une ambiance "show" survoltée!


3 disciplines étaient représentées 
• La lutte libre. C'est la plus répandue. Les actions sont autorisées sur tout le corps. La position de garde est basse car les lutteurs se protègent contre des prises sur les jambes… Cette discipline exige agilité, technique et tactique.
• La lutte féminine. C'est de la lutte libre avec quelques particularités de réglement.
• La lutte gréco-romaine. Les mouvements ne sont permis qu'au-dessus de la ceinture. La position de garde est donc plus haute. Les lutteurs n'attaquent qu'avec leurs bras. Cette discipline exige puissance athlétique et souplesse.
Un combat se déroule en manches de 2 minutes : le premier lutteur qui envoie son adversaire au tapis, en lui plaquant les épaules au sol (c'est un "tombé"), a gagné. Sinon, il faut remporter 2 manches. Les différents gestes techniques rapportent des points.
Ballet des pieds, retournements, passages au sol… Les combats sont photogéniques.
Les corps-à-corps sont émotionnellement forts à regarder : peau contre peau, yeux dans les yeux, main contre main, bras et jambes entremêlés… Les attaques sont brutales, viriles, parfois dures, mais toujours fair-play. Même "sonnés" par la force des prises, les lutteurs gardent leur sang-froid. Impressionnant !


A savoir pour les photos : les Français sont en rouge, les Turcs en bleu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire