mardi 16 novembre 2010

Voyage en Skateistan : ça glisse à Kaboul


Kaboul, dévastée par des années de guerre. Pauvreté, pouvoir des talibans, bâtiments en ruines… la vie y est difficile. Pourtant, au cœur des montagnes, la capitale afghane n'est pas morte. Portée par le brassage ethnique, appuyée sur ses traditions, elle tend vers le modernisme. Et comme partout, la jeunesse constitue son principal moteur. 

Ce sont des jeunes montés sur roulettes que Oliver Percovich a eu envie d'aider. Originaire d'Australie, il a voyagé en Afghanistan en 2007 avec sa copine et y a rencontré un groupe d'ados skateurs particulièrement doués. L'idée d'apporter de nouvelles planches pour initier d'autres gamins a germé. 

Oliver s'est installé à Kaboul et son ONG baptisée Skateistan a pris forme. Elle a permis la création d'une école de skate que fréquentent environ 300 élèves de 5 à 
17 ans chaque semaine : garçons et filles, parfois réfugiés, de divers origines ou niveaux sociaux. Ils apprennent aussi, gratuitement, les langues, les arts ou l'informatique.
Le skatepark a d'abord été installé dans une vieille piscine désaffectée puis une grande halle a été aménagée. La pratique des filles doit être acceptée par les familles qui ont parfois du mal à dépasser leur conservatisme… La glisse comme synonyme de reconstruction, mais aussi de liberté, de progrès ou de mixité? «Ma planche, ce n'est pas un morceau de bois, c'est un peu de mon cœur», dit l'un des jeunes skateurs. «Dès que je commence à patiner, j’oublie entièrement mes craintes», avoue une petite fille. Sous les roulettes, l'espoir…

 


• L'association Skateistan a un site Internet, c'est ici
Les photos en sont tirées.
• Dans la rubrique "projects" du site du photographe Noah Abrams, très beau portfolio noir et blanc sur skateistan.
• Le documentaire en vidéo vient de sortir et a été primé dans un récent festival de films de skate à Los Angeles.



SKATEISTAN: TO LIVE AND SKATE KABUL from Diesel New Voices on Vimeo.

2 commentaires:

  1. superbe initiative le Skate à Kaboul...il faut que ça glisse à Kaboul et que ça roule...
    Merci pour eux.
    Dominique.

    RépondreSupprimer
  2. Un beau projet… et courageux à tenir dans ce pays déchiré.

    RépondreSupprimer