samedi 6 novembre 2010

Mondiaux d'escrime : en garde, prêt, allez !

On va oublier l'heure perdue (40 minutes dehors, 20 minutes dans un bureau) à cause d'un service de presse dépassé.
On ne retiendra que la grandeur et le prestige du Grand Palais. Les tribunes pleines d'enfants et de connaisseurs enthousiastes. Ces sportifs en fauteuils qui squattent les pistes et les coulisses autant que les valides : que ce mélange paraît naturel, comme il est agréable !
Les magiques mots "parade-riposte-point" scandés par l'arbitre. Le paradoxe entre la concentration des tireurs pendant l'action et le relâchement, souvent un cri, juste après. Ces visages, cachés sous le casque, mais qu'on devine déterminés. La tension des nerfs et des muscles au service d'une technique esthétique. La rapidité des mouvements, leur fluidité, leur chorégraphie. La beauté des gestes, leur photogénie.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire