lundi 22 novembre 2010

HORS SAISON : Ingrid Jacquemod et le Souffle du dragon

 Cette rubrique raconte ce que les sportifs vivent ou comment ils s'entraînent en dehors des compétitions. Aujourd'hui, un hors-saison de la skieuse Ingrid Jacquemod. Elle participera la semaine prochaine à la descente de Lake Louise (Etats-Unis). L'été, elle s'adonne à une pratique étonnante venue du Japon…


Une «douche» sous une chute d'eau puissante et glacée en pleine montagne. Takigyo, en japonais. C'est une pratique millénaire chez certains religieux montagnards bouddhistes. En 1983, le moine français Sylvain Guintard a été initié. Depuis il accompagne dans cet exercice des amis sportifs comme Ingrid Jacquemod. «J'ai commencé l'année dernière, par curiosité, avec des freeriders, se souvient Ingrid. C'était comme un challenge, à celui qui resterait le plus longtemps sous l'eau gelée! Ensuite, j'y ai trouvé une certaine énergie.»


On se place sous une cascade, vêtu d'un mince kimono de coton, de 3 à 30 minutes. Un exercice qu'il ne faut pas faire seul, met en garde Sylvain : « Sur un individu normal, l'eau à 3°C  fait secréter une hormone, la vasopressine, en grande quantité. Elle rétrécie les artères et peut conduire à un AVC en quelques instants».  
En revanche, sous les conseils d'un instructeur, le froid provoque des bienfaits physiques.  Les ions négatifs permettent de recharger les batteries. «C'est un peu comme se plonger dans un énorme seau rempli de glaçons, raconte Ingrid. Sauf que pour la cascade, cet effet est démultiplié, l'eau nous arrive droit sur la tête et le souffle est important.» Sylvain Guintard, victime d'un traumatisme crânien en 1981, participe même à des recherches pour étudier le rôle médical que joue cette ascèse sur le dépassement du handicap…

A l'origine, la douche glacée est religieuse et invite à la méditation. Sylvain pratique une spiritualité à la croisée du bouddhisme, du taoisme et du chamanisme. Sous la cascade, il invoque un feu de Sagesse nommé Dragon Kurikara au Japon… Mais, avec les sportifs, il met de côté ses propres croyances, sans prosélytisme. «Je ne leur demande pas de devenir religieux, ni de prier les Bouddhas !, explique-t-il avec humour. Je leur demande simplement de croire en eux-mêmes, de faire ressortir leur côté "néo-guerrier", leurs potentiels cachés. L'idée est de se forger un mental fort, d'en faire une épée aiguisée… comme le forgeron martelle l'acier pour fabriquer une lame indestructible!»


Le froid, associé à des exercices de respiration et de relaxation, met le cerveau dans un état particulier. Un espace de vide qui exacerbe les perceptions. Sylvain pousse les sportifs, alors en phase avec la montagne, à visualiser leurs vœux ou leurs objectifs. Une préparation psychologique à la compétition : «Si un skieur arrive à se replonger au départ d'une course dans l'état mental où il était dans la cascade, c'est la victoire car il fera corps avec son environnement et il deviendra le ski, la ligne. Lui et la montagne ne feront qu'un!» Ingrid confirme : «La cascade m'oblige à me concentrer, à me mettre à l'écoute de mes sensations… car quand tout n'est que glace autour de soi, on a besoin d'une certaine lucidité!»


© Julie, de Radio Val, www.webtvvaldisere.com
© Merci infiniment à Ingrid Jacquemod et à Sylvain Guintard (www.shugendo.fr) pour avoir pris le temps, tous les deux, de me raconter leur pratique.



TAKIGYO  Ingrid Jacquemod & Sylvain Guintard
envoyé par kuban_jakkoin. - Découvrez les dernières vidéos de sport.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire