mercredi 24 novembre 2010

David Poisson : «Je veux me mettre en position de leader»

1,72 mètre, 88 kilos. Un roc, costaud, surnommé «caillou», ou «kailloux». David Poisson, spécialiste de la descente, 28 ans, a une carrure. Mais pas encore la notoriété. «J'ai souvent couru en outsider. Pourtant, aux JO de Vancouver, j'ai fini 7e… mais on ne retient que les médaillés!, confie-t-il. Désormais, je veux me mettre en position de leader.»  

Voilà pour le côté sportif. Côté médias, ça ne se bouscule pas au portillon non plus. «La reconnaissance nous manque un peu. C'est vrai que le ski ressemble parfois à un sport régional. Et qu'il n'obtient une vitrine que lors des très grands événements».


Lors de cette interview, début octobre, David sortait de son entraînement physique estival. Depuis, il est monté sur ses skis avec, en ligne de mire, les Championnats du monde de février 2011 à Garmisch-Partenkirchen. «L'avantage, c'est que cet endroit nous est familier. Mais une course d'un jour, ça reste dur. Il suffit d'un coup de malchance ou d'un pépin dans la préparation… pour que les autres soient meilleurs!»

Parmi ces concurrents, il y a d'autres tricolores, dont Adrien Théaux. «Il fait partie d'une génération pleine de potentiel. Adrien nous pousse. Il y a une saine émulation en équipe de France. Pour des gens qui vivent une grosse partie de l'année les uns sur les autres, ça se passe super bien! Et quand ça sourit pour l'un d'entre nous, ça sourit à tout le monde…», rigole David.

En attendant Garmisch, il est en lice en Coupe du monde. «L'an dernier, j'ai fait 
une 4e place à Bormio. Cette année, je vise des podiums.» Premier rendez-vous 
dès cette semaine* à Lake Louise. Plus tard, il y aura d'autres courses que David apprécie: «Kitzbuhel, pour son ambiance à part. Beaver Creek, pour sa pente et ses gros sauts»

Les sauts, l'un des éléments-clés des sensations fortes. «On a une vitesse de pointe en descente de 130-140 km/h. Mais ce n'est pas l'aspect le plus impressionnant de notre discipline, explique David. C'est plutôt la vitesse dans les courbes et les sauts. Moi, j'ai toujours été attiré par ça, par les bosses… Mais ce qu'on ressent en descente est très difficile à exprimer et c'est très personnel aussi».  




* Premier entraînement ce mercredi : David fait le 8e chrono (sur 87 skieurs au départ) et est le meilleur Français

© Photo Pauline Leroy
Site de David : www.davidpoisson.com avec une partie blog… mais pas tellement mise à jour!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire