vendredi 15 octobre 2010

sur les pas des marcheurs du vide

Marcher pieds nus sur une sangle fixée à deux pitons rocheux, dans le vide, 
à 4 000 mètres d'altitude…



Cet exploit magnifique vient d'une discipline méconnue : la highlineSébastien Montaz-Rosset, guide de haute-montagne et réalisateur, l'a pratiquée et l'a surtout filmée. Il a accepté de me la décrire.


Pas des funambules
«La highline est une variante de la slackline, qui se fait à 1 mètre au-dessus du sol. C'est un travail d'équilibre, de proprioception. Contrairement aux funambules, qui évoluent sur un câble fixe avec une perche, on marche sur une sangle souple et sans accessoire pour garder l'équilibre. Ce n'est pas du tout la même chose ! Notre sangle, dynamique, vit. Elle amplifie tous les mouvements et même toutes les émotions du corps. Si on est nerveux, avec les muscles tendus, la sangle donnera des vibrations.»



Le vide, rien que le vide
«Habituellement, la highline se pratique dans des canyons, des gorges… Mais nous, on l'a emmenée en haute-montagne pour avoir, en plus, l'altitude et les décors grandioses. Le vide est alors omniprésent. Contrairement au ski ou à l'escalade, on n'a aucun point de contact, peu de repères visuels et rien à saisir pour se rattraper. Sauf une sangle de 28 mm d'épaisseur! On peut penser qu'on n'aura pas peur… mais on aurait tort! On n'échappe jamais à de très fortes émotions.»




La sécurité
«Tous les highliners sont des personnes expérimentées, qui connaissent très bien les exigences de la montagne et les techniques d'alpinisme. C'est une discipline très réfléchie qui implique de savoir doser parfaitement la résistance de son matériel, fabriqué par des marques homologuées. On évolue sur une double sangle : si l'une venait à lâcher, on "retomberait" sur une seconde. On a un harnais, le leash qui nous retient passe dans des boucles en acier… Bref, on est bien équipés!»


Un groupe de highliners ouvrent de nouvelles lignes dans les Alpes. Ils installent les points relais dans les rochers, à partir desquels les pratiquants pourront tendre leur sangle. Sur son blog, Julien Millot répertorie ces lieux… Sébastien Montaz-Rosset a vécu au milieu de ce groupe et l'a filmé. Résultat : un documentaire exceptionnel, sorti le 25 septembre : Skyliners.
Autre film à voir, visible depuis hier :  Send it sistah ! Sébastien a immortalisé un beau moment partagé entre filles… 
Vraiment, prenez les 17 minutes nécessaires pour visionner ces 2 merveilles !


© Sites et vidéos : cliquez sur les mots en orange pour avoir les liens ! 
© Photos/captures : Sébastien Montaz-Rosset, avec son autorisation. Découvrez tout son travail sur son site!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire