samedi 3 avril 2010

Sur les traces des skieurs de 10-13 ans






La semaine dernière, le Ski Open Coq d'Or a rassemblé poussins (10-11 ans) et benjamins (12-13 ans) pour de véritables championnats de France. J'ai assisté à une superbe compèt avec une jolie ambiance de "transmission" entre les générations. Récit…


L'Alpe d'Huez, station de l'Isère perchée à près de 1 900 mètres… Son église moderne, son soleil, ses rues calmes, sa neige fraîche de printemps… et 1 500 jeunes skieurs déchaînés ! Sélectionnés dans les clubs de la Fédération française de ski ou des ESF (Ecoles de ski français), ils viennent s'affronter en slalom géant, en skiercross (un parcours technique avec des bosses…) et en slalom parallèle.

Le Ski Open Coq d'Or est une joyeuse fête. Mais qu'on ne s'y trompe pas. Les sponsors, le commentateur de renom (Alexandre Pasteur, d'Eurosport), les médias, les trophées et les parrains prestigieux lui donnent la crédibilité d'une grande compétition. Stress, pression des entraîneurs, préparation du matériel, repérage des tracés, aléas de la météo, concentration, sollicitation des médias, apprentissage de la défaite… Les jeunes skieurs se frottent au professionnalisme.

Cette compétition représente pour beaucoup une chance de se faire repérer. C'est une étape importante vers la réalisation de leur rêve : devenir un champion, un jour.
"Si on n'est pas dans le wagon des 20 meilleurs à cet âge-là, on a peu de chances de percer un jour au haut niveau", confirme Serge Jaccod, vice-président du syndicat des moniteurs de ski, l'un des responsables de l'événement. "Les jeunes qu'on détecte ici, on ne les lâchera pas. On leur proposera de suivre un ski-études, de profiter de structures d'entraînements… et on les retrouvera peut-être en lice aux Jeux olympiques de 2018 !"

Parmi les vainqueurs, je m'arrête sur Robin Fressard, 13 ans, venu d'Aussois (Savoie). Il est le gagnant du slalom géant des benjamins. Quelles sont ses qualités? Robin répond sans hésiter : "Ma vitesse et mon schuss". En montant sur le podium, il est le seul à serrer la main des autres concurrents. Il a un look et un sourire qu'on remarque. Une sorte de charisme. Bref, avec une telle assurance, je me dis qu'il fera un beau champion dans quelques années ! C'est mon pari…

Pour l'instant Robin est en ski-études: "On s'entraîne huit heures par semaine, plus les séances en club, raconte-t-il. On a aussi des stages l'été pour garder ce qu'on a acquis et prendre de l'avance sur l'hiver suivant". Il avoue qu'il aimerait bien "continuer dans le ski au haut niveau plus tard". A suivre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire